Le remède anti-microbes le plus puissant du monde

S’il y a un animal qui a tout compris à l’immunité, c’est l’abeille.

Elle fabrique des substances antimicrobiennes parmi les plus puissantes au monde. Leur spectre très large protège contre la plupart des virus, bactéries et autres supermicrobes féroces [4].
Entre le miel (surtout le miel Manuka), la gelée royale, la propolis et la cire d’abeille, tout ce que produisent les abeilles est bon pour la santé.

 Le fameux chercheur danois Karl Lund Aagaard a étudié la propolis pendant plus de 20 ans sur plus de 50 000 personnes. Dans ses compte-rendus détaillés, il explique :
« Le champ d’influence de la propolis est extrêmement large. Il inclut le cancer, les infections urinaires, le mal de gorge, la goutte, le rhume, la grippe, la bronchite, la gastrite, les problèmes de gencives, les infections intestinales, les ulcères, la pneumonie, l’arthrite, les maux de tête, les troubles de la circulation et les conjonctivites. » [5]

  • 15 000 ans de soins grâce aux abeilles

La découverte des abeilles ne date pas d’hier. Nous avons la preuve qu’avant l’apparition de l’agriculture, il y a 15 000 ans, les hommes récoltaient déjà la propolis [6].
Depuis leur apparition, les abeilles ont mis au point des produits sophistiqués : le miel, la propolis, la gelée royale et la cire sont tous antibactériens. Certains sont même anti-infectieux, antifongiques, hydrophobes, etc. Ils sont indispensables pour assurer la survie de la ruche dans un monde peuplé de prédateurs féroces, de champignons pathogènes et de bactéries retorses.

Par exemple, lorsque qu’un rongeur s’introduit dans la ruche, les abeilles peuvent le tuer par leurs piqûres. Mais elles ne vont pas le manger car elles sont herbivores, ni déplacer son corps car il est trop lourd.
En laissant le cadavre se décomposer naturellement, les abeilles attireraient toutes les bactéries et insectes des environs. Pour empêcher sa décomposition, les abeilles enduisent le cadavre de propolis qui protège des infections.
Dans l’Antiquité, les Egyptiens ont imité les abeilles en utilisant la propolis pour embaumer leurs morts. C’est ce qui explique l’excellent état de conservation des momies égyptiennes.

La propolis est si efficace pour tuer les microbes en tout genre que le luthier Stradivarius l’utilisait pour vernir et protéger ses précieux violons, fabriqués pour durer des siècles. On fait d’ailleurs toujours aujourd’hui un vernis à base de propolis pour protéger les bois très exposés : le « vernis de Russie ».

  • Propolis contre les infections des voies respiratoires

La propolis est un enduit dont les abeilles se servent pour recouvrir toutes les surfaces intérieures de la ruche afin d’en assurer l’étanchéité et surtout pour lutter contre les invasions microbiennes ou fongiques (champignons).
Les abeilles fabriquent la propolis à partir de diverses résines qu’elles recueillent sur les bourgeons et l’écorce des arbres (surtout sur les peupliers et les conifères), et auxquelles elles ajoutent de la cire et des sécrétions salivaires.
La propolis est riche de plus de 300 substances actives.
Sa composition dépend des fleurs disponibles pour être butinées par les abeilles dans les différentes régions du monde. La grande variété des miels – couleurs, textures et parfums – a son équivalent dans la propolis.

  • Boostez vos défenses immunitaires

La propolis française a une action équilibrée, et peut être utilisée pour toutes les indications.
La propolis renforce vos défenses immunitaires. C’est pourquoi elle s’utilise pour lutter contre les infections respiratoires : virus de la grippe, bronchite, rhume, mal de gorge [7].
C’est une excellente source d’acide caférique qui stimule la réponse immunitaire.

La propolis a une action antioxydante puissante grâce aux flavonoïdes (notamment l’apigénine) qu’elle contient et qui lui confèrent une action inhibitrice sur la réplication du virus [8].

  • Propolis contre le rhume

Peu de substances naturelles sont réellement efficaces contre le rhume. En 1987, une équipe de chercheurs polonais a donné soit un placebo, soit un extrait de propolis, à deux groupes de personnes. La propolis a accéléré la guérison de 250 % [9].

  • Propolis contre les otites

Les otites, ces inflammations des muqueuses de l’oreille qui touchent souvent les enfants, sont souvent soignées à grands coups d’antibiotiques dont les effets secondaires sont sérieux, par exemple l’affaiblissement du système immunitaire.
Très récemment, une équipe de chercheurs italiens a montré qu’une supplémentation de gouttes de teinture-mère de propolis combinées à du zinc permettait de diminuer la survenue d’otites chroniques de 32 % [10].

  • Propolis contre le candida albicans

Le candida albicans est un champignon qui s’installe dans la bouche et sur les lèvres. Il provoque d’affreuses démangeaisons.
Lorsque vous êtes atteint, vous vous sentez découragé, anxieux, déconcentré et dépourvu de toute énergie. Ils s’accompagne également de maux de tête, migraines, et de troubles digestifs.

Avec l’aide d’un spécialiste, vous pouvez envisager un traitement à la propolis qui inhibe la flore fongique et combat le candida albicans.

  • Gelée royale, le caviar de la ruche

Encore plus élaborée que la propolis, la gelée royale est le produit le plus précieux de la ruche.
Comme le laisse suggérer le nom « gelée royale », elle est réservée à la reine des abeilles. Enfin presque, car une exception est faite pour les larves au premier stade de leur existence. On leur accorde 180 millièmes de gramme par jour [11].
Et le résultat est stupéfiant. Grâce à la gelée royale, la reine peut vivre 6 ans, alors qu’une abeille ouvrière vit 45 jours [12].
La gelée royale permet aux larves royales de multiplier leur poids par 1800 en 5 jours ! C’est un record dans le monde animal.
Par comparaison, les ouvrières multiplient leur poids par 500.
La reine est chargée de pondre toutes les larves de la ruche – 1000 œufs par jour en saison [12]. Sans gelée royale, pas de reine, et sans reine, pas d’abeilles. D’où le rôle capital de la gelée royale dans la survie de la ruche.

  • D’où vient la gelée royale ?

La gelée royale est produite par les glandes hypopharyngiennes et mandibulaires des jeunes abeilles nourricières. Ces abeilles peuvent en fabriquer 300 à 800 grammes par ruche et par année. Pendant sa vie, une abeille aura besoin de 180 mg de pollen avec une moyenne de 20 % d’azote pour fabriquer la fameuse gelée royale [12].

Tout comme la propolis, la composition de la gelée royale est complexe.

  • Des composés uniques au monde

Sa saveur est âcre, acide avec un pH qui varie entre 3,7 et 3,9. Elle contient :
• 65 % d’eau,
• 15 % de glucides (à majorité du fructose, le sucre des fruits, et du glucose),
• 13 à 18 % de protéines,
• 1,5 % de minéraux et oligo-éléments,
• 4 à 6 % de lipides dont un acide gras spécifique, le 10-hydroxy-2-décanoïque [12].

Le 10-hydroxy-2-décanoïque (10-2 HDA) est un acide gras au potentiel exceptionnel, car il freine le vieillissement de l’organisme.
On ne retrouve cet acide gras que dans la gelée royale.
C’est l’un des mystérieux composants de la gelée royale que l’on qualifiait autrefois de « Facteur R ». Ne sachant pas le nommer avec précision, on lui avait donné ce surnom.

L’expression « Facteur R » signifie : Facteur de Rajeunissement.
La gelée royale est aussi riche en vitamines du groupe B : (B1, B2, B3=PP, B5, B6, B8, B9).

C’est le produit naturel le plus riche en vitamine B5, acide pantothénique, indispensable à toute vie cellulaire. La vitamine B5 intervient dans la production d’énergie, la réponse au stress, la synthèse de l’hémoglobine, la transmission de l’influx nerveux.

Les personnes carencées en vitamine B5 peuvent avoir le syndrome des pieds brûlants, une alopécie ou même la pelade du cuir chevelu.
La gelée royale contient aussi de la vitamine liposoluble E, utile à la fécondité.
La gelée royale contient enfin des oligo-éléments (fer, or, calcium, cobalt, silicium, magnésium, manganèse, nickel, argent, soufre…), de l’acétylcholine (jusqu’à 1 mg/g).

Elle contient aussi une protéine qui jouerait un rôle majeur dans la différenciation des abeilles au stade larvaire entre reine et ouvrière. Il s’agit de la protéine 57-kDa, baptisée Royalactine.

  • La gelée royale s’attaque aux bactéries pathogènes, champignons et virus

La gelée royale contient également des facteurs antibiotiques particulièrement actifs contre les bactéries du genre Proteus et sur Escherichia coli B (colibacille).
C’est ce que les chercheurs ont appelé la Royalysine. Il s’agit d’une fraction peptidique qui a une forte action contre les bactéries gram positives.

Les tests de criblage antibiotique réalisés avec la gelée royale ont montré de fortes activités inhibitrices contre des bactéries pathogènes, des champignons et des virus.
Au total, plus de 150 bactéries, champignons et virus ont été testés. Une cure de gelée royale vous protège contre les microbes et contre les virus grâce à ses propriétés antimicrobiennes, antifongiques (contre les champignons), et anti-inflammatoires. Elle modulerait l’expression de plus de 260 gènes.

Elle peut être prise toute l’année et surtout dans les périodes d’épidémie de grippe ou de baisse de vitalité.

Attention, cependant, la présence de facteurs de croissance, lipoprotéines, fait craindre son utilisation chez les malades atteints de cancer.
Par ailleurs, la gelée royale, comme la propolis, peuvent provoquer des allergies. Il est préférable d’être prudent si vous êtes déjà allergique au miel.

  • Quelle gelée royale choisir ?

Elle existe sous différentes formes valables : fraîche, lyophilisée, reconstituée…
La fabrication en France n’excède pas 2 tonnes par an.
Malgré tout, 98 % de la gelée royale consommée en France provient malheureusement d’Asie, principalement de Chine. Là-bas, les conditions de fabrication ne sont pas contrôlées : abeilles nourries artificiellement, usage frauduleux d’antibiotiques, congélation à répétition. Par sélection génétique, les Chinois sont parvenus à des rendements importants, de 5 à 7 kg par an et par ruche avec des reines jeunes âgées seulement d’une année.
Alors préférez la gelée royale française.

Merci à Eric Müller pour cet article

sources:

4] Natural News, The 5 best natural antibiotics and anti-virals that destroy superbugs and just about everything else

[5] 7 R. Elkins. Bee Pollen, Royal Jelly, Propolis and Honey. Woodland Publishing, Pleasant Grove, Utah , USA, 1996.

[6] Alternatif Bien-Être, Le remède oublié depuis 15 000 ans, numéro 84, août 2013

[7] Szmeja Z, Kulczynski B, et al. [Therapeutic value of flavonoids in Rhinovirus infections]. [Article en polonais, résumé en anglais]. Otolaryngol Pol. 1989;43(3):180-4.

[8] Bankova V. Recent trends and important developments in propolis research. Evid Based Complement Alternat Med. 2005 Mar;2(1):29-32.

[9] Z. Szmeja, B. Kulczynski, Z. Sosnowski, and K. Konopacki. Therapeutic value of flavonoid in rhinovirus infections. Otolaryngologia Polska, vol. 43, no. 3, pp. 180–184, 1989.

[10] Marchisio P, Esposito S, Bianchini S, Desantis C, Galeone C, Nazzari E, Pignataro L, Principi N. Effectiveness of a propolis and zinc solution in preventing acute otitis media in children with a history of recurrent acute otitis media. Int J Immunopathol Pharmacol. 2010 Apr-Jun;23(2):567-75.

[11] Passeport Santé, Gelée Royale.

[12] Professeur Joyeux, La gelée royale : intérêt en thérapeutique humaine, Lettre du Professeur Joyeux, 24 juin 2014.logo final slogan s

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s